Œuvres de Suzuki visionnées et commentées pendant la séance du 12.10.2017

  • Racine (1994), œuvre réalisée dans le jardin de la maison de l’artiste impressionniste Emile Boggio (Auvers-sur-Oise), à partir d’un arbre mort dont les racines (6m de diamètre) sont mises à nues. Pourquoi était-il mort ? L’eau est la base de la vie; mais voilà un trop plein d’eau, une inondation, et les racines pourrissent (problème connu concernant les cerisiers japonais). La vie est un équilibre fragile où un élément au départ bénéfique peut devenir mortifère. Peut-être que ce sont les insectes qui ont attaqué l’arbre.

 

  • Nobi (1994) Auvers-sur-Oise (terre, herbe, feu, verre paraffine). Œuvre très symbolique et très sauvage. On y trouve quelque chose autour du contact, de la lumière, et de l’acte de tailler. L’œuvre se fonde sur l’imagination de l’axe de la Terre. Des bougies sont allumées dans la nuit, avec la participation des gens d’Auvers sur Oise, donnant un aspect cérémoniel à l’évènement. C’est une œuvre évolutive, saison après saison, le temps faisant son travail.

 

  • Larme noire (1995), Auvers-sur-Oise. Œuvre composée à partir d’une sorte d’entonnoir qui récupère l’eau de pluie qui s’y écoule.

 

  • Air bag Hiroshima (1996), suspension avec ballon d’hélium, pour les 50ans de la bombe. On y trouve l’idée de vaporisation, d’élévation, de transparence.

 

  • Maki (2005) installation réalisée à Magny-en-Vexin (Noisetier, treillis métallique, fil de fer). En japonais, « Maki » c’est l’idée de rouleau. C’est une œuvre qui bouge quand on monte dessus.

 

  • Someis blanc (1997). Auvers sur Oise (grotte, lumière, cendre, fibre de verre) Un point de lumière arrive dans la grotte par un petit trou. La température diffère entre l’intérieur et l’extérieur de la grotte. De ce fait, le petit trou souffle, la suspension bouge toujours, de même que les effets de lumière.

 

  • Trajectoire (2001) Œuvre installée en extérieur au château d’Auvers-sur-Oise. Il s’agissait d’agir sur un phénomène naturel (l’herbe qui pousse par photosynthèse) : par la coupe de la tondeuse, en ramassant les herbes, et en décalant régulièrement un anneau de 4 mètres de diamètre, pendant 70 jours, qui empêchait l’herbe de pousser correctement et la faisait sécher. Vincent Van Gogh est passé en ce lieu pour le festival d’Auvers-sur-Oise.

 

  • Shelter (2005), réalisée aux Arques, lors d’une résidence, près de Cahors. Les matériaux : châtaignier, lichen, papier du Japon, bois sable, pierres. Un travail sur 6 mois, issu d’une recherche interactive. Il s’agit d’un système qui fonctionne avec la lumière, inspiré par l’escargot (2m20 de haut). Des sténopés, le système précurseur de l’appareil photo, sont disséminées sur la surface de la coquille. Le spectateur qui pénètre dans la sculpture perçoit de multiples images de l’extérieur, projetées à l’envers.

 

  • Scape, 2002, à la Chapelle de Cernay. Format d’escargot parfait qui tourne. C’est quelque chose qui possède un format impeccable pour l’artiste.

 

  • Spin 2006, œuvre réalisée au futuroscope. Matériaux : Noisetier, treillis métallique, fil de fer, pierres. Œuvre basée sur la rotation de la Terre, l’intérieur étant accessible. Penchée à 45° direction nord, l’œuvre suit l’axe de la Terre, étant dirigée vers l’étoile polaire. C’est la latitude du lieu qui impose l’esprit de l’œuvre. L’intérieur est très agréable : de l’ombre, des branchages…

 

  • Dôme (2008) Matériaux : bambou, ficelle de palmier, feuille de cryptomérie. L’œuvre est en échos avec l’histoire du lieu, cella de Shizuoka. La ville a connu un besoin de plus en plus de circulation, de tunnels pour traverser la montagne. Maintenant, on y trouve cinq tunnels. C’est catastrophique, entrainant la destruction. Un petit sentier du XIIIe siècle existe toujours, où des gens passent de temps en temps. L’oeuvre récupère cette idée du tunnel à traverser. Jeu de lumière, phénomène naturel… Allez voir la vidéo plutôt que l’image fixe.

 

  • Capsule (2008-2009) (Châlons-sur-Saône). Idée de l’œil, du globe oculaire. Intérieur accessible. Référence au système vitreux, à Léonard de Vinci. On recherche la lumière qui bouge. En rentrant dedans et en fermant la porte, on peut faire bouger la boule. Le même système de sténopés est utilisé que dans Shelter.

 

  • Tou (2010) « Tou » signifie « tour » en japonais. Œuvre réalisée à Shizuoka. Matériaux: pierre, arbre, ficelle de palmier.

 

  • Kara (2012) à Plouhinec, Finistère. Matériaux : sable, bois, pierre, résine fibre de verre. Comme l’oursin avec ses piquants, le visiteur, dissimulé à l’intérieur de la carapace se sent à l’abri et peut capter les informations de l’extérieur par les orifices des tubercules. Suzuki se promenait au bord de mer, à l’époque qui suivait immédiatement le grand tsunami en Inde. Il a beaucoup réfléchi face à la mer à l’actualité. L’oursin symbolise le gouffre du monde. C’est une étrange créature. On trouve 400 pics sur un oursin, chaque pic cherche l’information extérieure. Chaque pic est comme un œil. Dans chaque pic de l’« oursin », il y a une sténopé. Cela renvoie également à l’imaginaire de la cathédrale.

 

  • Ovni (2012). C’est une suspension mobile, un spectateur pouvant aller dessous. Chaque câble aide l’eau à traverser et à arriver à l’intérieur de l’ovni. Il se passait quelque chose. C’était très joli.

 

  • Yane (2012), installation dans le Gers, à Saint-Elix d’Astarac. Matériaux : bois, cailloux, ciment, métal. C’est un toit où l’on peut monter dessus pour observer un autre toit : celui des Pyrénées. Le virage donne un point de vue vers l’est, le lever du Soleil.

 

  • Kaze (2012) Installation en zone boisée, dans la forêt à l’époque de la grosse tempête. Plusieurs centaines d’arbres sont tombés. Il est resté une forêt sinistrée. L’esprit de l’œuvre c’est de montrer quelque chose qui bouge en fonction du vent, qui est sensible. Un travail sur l’imaginaire du vent (« Kaze »=« vent »). L’œuvre est attachée par 5 coins. La pièce bougeait car les arbres qui la tenaient bougeaient avec le vent, mais aussi sur un temps plus long, parce que la pièce monte au fur et à mesure que les arbres poussent !

 

  • Palmier observatoire (2014), Sao Paulo. Bois, tissu. Contexte urbain.  L’artiste imaginait un palmier qui observait les passants. L’intérieur de la pièce est accessible et contient là aussi un système de sténopés.

 

  • Rolling gate (2017), Pays-bas, œuvre encore installée au moment de l’intervention de Suzuki. Elle se trouve à Warffum à côté de digues. La digue est une chose très importante aux pays-bas. Il y a trois cents ans, un gros tsunami a attaqué les digues. C’est un lieu de mémoire de Tsunami. Il y a eu une manifestation à la mémoire de ce tsunami. Suzuki y a été invité. Cette pièce artistique est comme un coquillage qui écoute, qui retient. Le spectateur peut pénétrer à l’intérieur. La pièce capture le bruit jusqu’à 2km en avant, du côté de la mer, capte les bruits naturels, en particulier de la mer. L’œuvre utilise des cagettes, environ 500 cagettes ramassées sur place. C’est une zone agricole, un coin de culture de la pomme de Terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.