Séance 1. Métaphores et métamorphoses

Enseignements 2018-2019, Biomorphisme, licence “Sciences et Humanités”.

Artiste-hôte Jean Arnaud
Théoricienne Anne-Gabrielle Rochelle
Lieu Atelier de Jean Arnaud
Date Mardi 11 septembre 9h-11h

Univers artistique

Jean Arnaud travaille essentiellement avec la matérialité de l’image fixe ou en mouvement, sur des supports très variés (vidéo, métal, papier, calque…). Il traite ses figures aux limites de leur identification en les soumettant à diverses morphologies spatiales (feuilletages, entrelacs, phénomènes de transparence…), de manière à interroger le spectateur sur le sens des images dans un monde qui en est aujourd’hui saturé. Considérant la création artistique et la recherche théorique comme des domaines complémentaires, il envisage dans ses œuvres notre relation au monde selon des préoccupations d’ordre écologique et socio-politique.

À travers différentes mises en scène des représentations du vivant (animal, végétal), Arnaud utilise souvent la métamorphose comme métaphore de l’instabilité (Ovide, Bataille, Beckett, Ballard…). Ce sont essentiellement des métaphores de la survivance, plastiquement élaborées en provocation des phénomènes de transformation et d’émergence/disparition de la figure.

http://jeanarnaud.fr

JEAN ARNAUD

Si Arnaud utilise, comme d’autres artistes depuis un siècle, la plasticité du vivant et ses représentations pour inventer des formes plastiques autonomes, il interroge surtout l’étroite relation entre l’échelle d’observation des formes vivantes et l’espace plastique physiquement expérimenté et perçu par le spectateur. Arnaud agit à cette limite où le vivant identifiable peut se dissoudre dans une matière indéfinie ; il élabore ainsi des espaces critiques à propos de la précarité particulièrement importante des espèces dans le monde actuel, loin des clichés médiatiques.

Proposition théorique

Le terme de métaphore vient du verbe grec metaphorein, « transporter » au sens matériel ou abstrait. C’est bien cette idée de transport qui est reprise dans la définition qu’en donne Aristote : « la métaphore est le transport à une chose d’un nom qui en désigne une autre, transport ou du genre à l’espèce, ou de l’espèce au genre, ou de l’espèce à l’espèce, ou d’après le rapport d’analogie ». La métaphore consiste donc à présenter une idée sous le signe d’une autre idée plus frappante ou plus connue, qui ne tient à la première par aucun autre lien que celui d’une certaine conformité ou analogie. La métamorphose apparaît, à l’intérieur de l’imaginaire littéraire européen, dans son sens littéral : « modification de la forme physique ou de la nature d’un être, animé ou inanimé ».  La métaphore poétique ne fonctionne pas autrement : en transportant sur un objet les attributions d’un autre, en faisant semblant de prendre une chose pour une autre, elle opère des métamorphoses dans le langage. Nous nous interrogerons sur les rapports entre métaphore et métamorphose en littérature, la métamorphose pouvant être perçue comme une métaphore figée. Mais ce figement fixe-t-il le sens pour autant ? A travers le recours à quelques grands textes littéraires sur la métamorphose, nous essaierons de réfléchir sur les liens qu’elle tisse avec la métaphore.

Bibliographie (au choix)

  • Ovide, Les Métamorphoses, Gallimard, 1992.
  • Homère, L’Odyssée, chant IV, « Protée »
  • Kafka, La Métamorphose, Folio, 1938 (1e éd.).
  • Ionesco, Rhinocéros, Folio, 1959 (1e éd.)
  • Marie Darrieussecq, Truismes, Folio, 1998.
  • Pierre Brunel, Le Mythe de la métamorphose, José Corti, 2004 (rééd.)
  • Pastoureau, Michel. L’ours : histoire d’un roi déchu. Paris: Le Seuil, 2007.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Bernard (12 juin 2018). Séance 1. Métaphores et métamorphoses. Biomorphisme. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m1rp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.