Séance 6. Les enjeux écologiques du biomorphisme.

Enseignements 2018-2019, Biomorphisme, licence « Sciences et Humanités ».

Artiste-hôte Teruhisa Suzuki
Théoricien à préciser
Lieu la Friche Belle de Mai, extérieur
Date Mardi 8 octobre 9h-11h

Univers artistique

Cf. séance n°2. Nous reviendrons sur le lieu de production de l’œuvre de Teruhisa Suzuki, dans la mesure où le travail de cet artiste est un travail de longue haleine, qui s’étale sur plusieurs mois avec l’aide d’une équipe de techniciens. Ainsi, les étudiants pourront constater l’avancée de la production de l’œuvre, et son immersion progressive dans son lieu d’accueil. De plus, l’univers de Suzuki résonne assez fortement avec les problématiques écologiques que nous voudrions aborder à l’occasion de cette dernière séance.

Proposition théorique

Rédigée par B. Morizot

Le biomorphisme ne désigne pas qu’une idée théorique mais est aussi une attitude, un choix éthico-esthétique, celui de valoriser les formes vivantes, en tant qu’elles sont irréductibles à la pensée mécaniste, sans pour autant que cette valorisation prenne simplement la forme d’une réception passive, d’un émerveillement béat ou d’une peur (romantique) à l’égard des forces de la nature.

Nous vivons à une époque d’une crise écologique systémique profonde qui, pour être comprise, demande de tisser des savoirs très divers (écologie, biologie évolutive, mathématiques, économie, politique, etc.) ? Même ni nous parvenions à construire un savoir théorique lucide, fondé sur une synthèse de ces approches disciplinaires, pour diagnostiquer correctement les mécanismes de cette crise, cela serait insuffisant à en voir émerger une solution.

En effet, certains chercheurs envisagent aujourd’hui la crise écologique systémique contemporaine non seulement comme une crise économique et politique, mais surtout comme une « crise de la sensibilité » au vivant. Cette analyse implique un autre déplacement de la focale : ce n’est pas strictement ou seulement le vivant qui est en crise : l’idée de crise de la sensibilité implique en fait que c’est avant tout notre relation au vivant qui est en crise. Or le biomorphisme, au sens très large que nous lui donnons dans notre projet, pourrait être une réponse intéressante à cette crise de la sensibilité. C’est parce qu’elle est trop immédiate, trop peu informée, que la figuration toute simple échoue en partie à restituer une compréhension et une affiliation au vivant qui nous permettrait de cohabiter avec lui de manière plus viable. Le paradoxe, déjà relevé par Allen Carlson en esthétique environnementale, revient à ce que c’est par la médiation des abstractions que l’on peut accéder aux lignes de forces qui structurent réellement le vivant le plus concret, inaccessibles par accès direct.

La beauté du vivant concret, pour Carlson, n’est accessible qu’à celui qui voit les abstractions vivantes qui le régit, et qui sont formulées par les sciences biologiques. L’échec de la peinture de paysage à restituer quelque chose des dynamiques écologiques est à cet égard éclairante : rendre compréhensible un écosystème implique de passer par des abstractions, par une inventivité formelle, par un effort de l’imagination scientifique et graphique, qui caractérise en un sens le détour biomorphique. Pour le dire autrement : cette médiation par l’abstraction ou par d’autres formes de détour de la figuration directe (anamorphose, transfiguration, changement d’échelle, projection du spectateur…) n’est pas un déni de la sensibilité, mais est la voie d’accès la plus pertinente à une sensibilité au vivant tel qu’il se déploie (dans ses dimensions, écologiques, éthologiques, évolutionnaires, et mêmes morphologiques). Car ses structures fondamentales sont des dynamiques invisibles à l’œil non informé, elles sont peu spectaculaires, elles exigent de la pensée.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.