Un projet transdisciplinaire

Notre projet transdisciplinaire se déroule dans la région d’Aix-Marseille, de 2016 à 2020, et se déploie en de nombreuses activités (séminaires, cours, exposition, colloques, publication).

Notre collectif de travail est composé de manière équilibrée de chercheurs en sciences humaines, de chercheurs en sciences « dures », et d’artistes professionnels.

Le terme « biomorphisme » est apparu temporairement au XIXe s. en ethnologie, dans le contexte des formes d’arts qualifiées à l’époque de « primitives », avant de resurgir dans les années 1930 dans le domaine de la critique d’art. Ce terme qualifiait  certaines formes d’art qui avaient en commun de se référer aux formes du vivant de tout type, végétales ou animales, microscopiques ou macroscopiques, sans figuration directe des images sensibles, mais en passant plutôt par divers types de médiation (symbolique, abstraite, ou imaginative).

L’objectif scientifique de notre groupe de recherche repose sur une idée nouvelle : élargir et actualiser la notion de biomorphisme, en l’émancipant de son contexte historique d’apparition, pour en faire un pôle de réflexion interdisciplinaire, capable de mobiliser les sciences, les arts et la philosophie pour penser les enjeux contemporains de notre rapport au vivant. En effet, nous défendons collectivement l’idée que, pour comprendre et se positionner à l’égard du vivant et de ses formes, dont on pourrait croire que nous puissions les saisir dans une attitude de perception passive, il est en fait nécessaire de passer par le détour de l’abstraction, de la théorisation et de l’imagination. Cette idée féconde, pour être pleinement développée, demande de faire dialoguer tous les champs du savoir qui touchent au vivant.

Approches sensibles et conceptuelles des formes du vivant