Séance 2. Biomorphisme et paysage.

Enseignements 2018-2019, Biomorphisme, licence « Sciences et Humanités ».

Artiste-hôte Teruhisa Suzuki
Théoricien à préciser
Lieu la Friche Belle de Mai, extérieur
Date Mardi 18 septembre 9h-11h

Univers artistique

Teruhisa Suzuki est un artiste japonais vivant en région parisienne. Il réalise des sculptures monumentales, ou plutôt des installations in situ où les formes vivantes, qu’elles soient végétales ou animales (œuf, coquille, etc.), se déploient organiquement en modifiant l’espace alentour. Ses sculptures, que le spectateur est parfois invité à visiter de l’intérieur, offrent au spectateur une expérience sensorielle complète. Jouant sur l’interface entre intérieur et extérieur, l’artiste met souvent le phénomène de la vision animale au centre de ses installations, notamment par l’usage de sténopés.

http://www.asahi-net.or.jp/~sg8k-isgi/
https://www.isasouriphoto.com/home/teruhisa-suzuki/
http://pdiclf.free.fr/edition/spip.php?article38

Suzuki est particulièrement sensible à l’ancrage de ses installations dans la géographie et l’histoire des sites qui les accueillent. Le lieu et le temps dans lequel s’inscrit la sculpture participent à déterminer la démarche artistique de l’artiste, autant que la forme sculpturale et sa matière, cette dernière étant composée le plus souvent de matériaux organiques récupérés aux alentours du lieu. Ce faisant, la démarche de l’artiste est dans la continuité du courant du Land Art.

Plus souvent habitué aux paysages ruraux, Suzuki va se trouver confronté à la Friche Belle de Mai de Marseille, à un « paysage urbain » au lourd passé, depuis son époque industrielle jusqu’à sa réhabilitation au service de la culture et de la vie de quartier. Comment l’artiste va-t-il proposer d’articuler la forme organique qui est au cœur de son projet avec ce contexte industriel et urbain ?

Proposition théorique

En continuité avec le travail de Suzuki, la discussion théorique qui suivra pourra s’orienter dans plusieurs directions.

Tout d’abord, nous pourrons donner quelques éléments sur le Land Art et le type de questions qu’il pose, en corrélation avec la notion de biomorphisme. Comment une installation prend-elle sens en relation avec le contexte géographique et l’histoire du lieu qui vient l’accueillir ? Où s’arrête l’œuvre et où commence le paysage qui est sa prolongation (ou vice et versa) ? Comment caractériser la spécificité de l’expérience esthétique proposée par une œuvre qui prend la dimension d’un paysage ou d’un habitat pour le spectateur ? Quel lien entre le type d’œuvre proposé par Suzuki et l’architecture ? Quels sont les effets esthétiques produits par l’inscription d’une œuvre biomorphique dans divers types de paysages (urbains, ruraux ou sauvages ?).

Pour la réflexion sur le land art, on pourra notamment partir du documentaire « Un œil, une histoire » sur Gilles Tiberghien :

https://www.dailymotion.com/video/x1k2lp7

Ensuite, nous pourrons commencer à évoquer des thèmes qui sont communs entre le travail de Teruhisa Suzuki et ceux des autres artistes, à savoir : le thème de la perception animale, des liens entre intérieur/intimité et extérieur, et le thème de la coquille, du coquillage, de la carapace et autres habitats animaux protecteurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.