Séance 3. Le corps et l’habitat animal.

Enseignements 2018-2019, Biomorphisme, licence “Sciences et Humanités”.

Artistes-hôtes Julie Pelletier et Barbara Sarreau
Théoricien Zoé Hagel
Lieu la Friche Belle de Mai, “studio de sport”
Date Jeudi 27 septembre 9h-11h

Univers artistique

Julie Pelletier est une plasticienne dont le travail d’installation et de sculpture est d’inspiration biomorphique. Bien que les formes animales et végétales soient parfois le centre de son travail, sa prédilection va plutôt :
1) vers les formes imprimées par le vivant dans son milieu (habitats animaux : terriers, toiles, cocons, carapaces, coquilles…) et 2) vers les dynamiques du vivant, les mouvements typiques du vivant (reptation, envahissement, mouvement d’essaim, jeux entre le « se cacher » et le « se montrer », mouvement de capture…).

Ces modes d’habitats ou de dynamiques du vivant ne sont généralement pas représentés à travers la figuration d’espèces animales ou végétales identifiables. Face aux œuvres, le spectateur est amené à penser “ça grouille” “ça rampe”, “ça s’abrite”, “ça tisse”, “ça se cache” ou “ça arbore”… sans que le “ça” soit un organisme bien déterminé. En cela, Julie Pelletier travaille par “abstraction organique”, à la manière des pionniers du biomorphisme (Jean Arp, Henry Moore…) au sens d’Alfred Barr et de Geoffrey Grigson. Cependant, l’abstraction organique est traitée par l’artiste à travers une démarche d’installations plastiques, nourrie par l’art contemporain des dernières décennies, éloigné du biomorphisme originaire. Comme Eva Hesse qui l’a beaucoup inspirée, Julie Pelletier travaille à l’aide de matériaux de récupération, souvent d’origine industrielle, qu’elle garde sous une forme assez brute. L’artiste cherche dans ces matériaux une légèreté et de bonnes propriétés élastico-plastiques, donnant à ses œuvres une qualité évolutive, et parfois même réactive à l’égard des corps humains qui pénètrent dans l’espace de l’œuvre. L’œuvre vit et vibre, et invite le spectateur à pénétrer son espace, comme chez Ernesto Netto ou encore Petah Coyne.

http://julie-pelletier-art.com/

https://www.facebook.com/julie.pelletier.5030

Pour l’exposition à la Friche Belle de Mai, ce ne seront pas que les corps des spectateurs qui interagiront avec l’œuvre de Julie Pelletier ; mais également celui de Barbara Sarreau, danseuse et chorégraphe qui, par sa grande expérience des corps et des interactions avec le public, investira l’espace structuré par les œuvres de Julie avec sa propre sensibilité artistique. C’est une véritable collaboration artistique qui est née, où les univers des deux artistes se répondent, une rencontre entre danse et installation plastique, entre le corps et l’espace. La danseuse voudrait expérimenter les continuités entre les corps et les espaces humaines, et les corps et espaces animaux, en mettant son corps en mouvement dans l’univers arachnoïde proposé par la plasticienne…

http://barbarasarreau.com/

Proposition théorique

Comment un animal structure-t-il l’espace qu’il habite ?

Comment un corps (humain/animal) s’approprie-t-il un espace animal dans lequel il pénètre ?

Quel type de réaction émotionnelle/esthétique est provoqué sur nos corps par quel type d’habitat, ou de structuration de l’espace ?

Voici des questions au cœur de l’interaction entre Julie Pelletier et Barbara Sarreau.

Zoé Hagel, enseignante-chercheuse, interroge la fabrique urbaine au prisme des dimensions sensibles et vécues. A travers une attention fine au « déjà là », elle tente de contribuer, d’un point de vue tant théorique que méthodologique, à une approche écologique de l’urbanisme. Le frottement art/science est dans ce cadre envisagé comme possibilité́ d’accès à d’autres formes de connaissances et au développement d’une pensée non disjonctive. La danse s’est immiscée dans ce parcours comme mode d’investigation et d’engagement du chercheur :

https://journals.openedition.org/danse/1655.

Le recrutement du corps humain dans les œuvres de Julie Pelletier, et son intensification par la collaboration avec Barbara Sarreau seront l’occasion de réfléchir sur le décalage qu’introduit le vivant dans les questionnements relatifs au fait de parvenir à habiter la Terre en vivant un monde commun.

Bibliographie

Sur la démarche de l’ « abstraction organique » : G. Maldonado, le Cercle et l’amibe.

Sur le biomorphisme plastique de J. Pelletier et ses résonnances philosophiques : J.Bernard, Form and Matter in Three Dimensional Biomorphic Art.

Sur la démarche de Zoé Hagel :

– Laëtitia Angot et Zoé Hagel, « Danser pour explorer l’habiter », Recherches en danse [En ligne], 6 | 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 15 novembre 2017. URL : http://danse.revues.org/1655

Julie Perrin, « (Ré)apprendre à marcher », Cahier n°1. Les artistes et la ville. En corps urbains, Le Merlan – scène nationale, Marseille, juin 2012, p. 28-29.

– Bénédikte Zitouni L’écologie urbaine: mode d’existence? mode de revendication?, paru dans Cosmopolitiques N°7, p.136-148

– Georges Perec, “Interroger l’habituel”.

Baptiste Morizot, « Nouvelles alliances avec la terre. Une cohabitation diplomatique avec le vivant », Tracés. Revue de Sciences humaines [URL : https://journals.openedition.org/traces/7001]

Sur les différences entre les modes de spatialité et de temporalité humains/animaux : J. von Uexküll, milieu animal et milieu humain.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Bernard (12 juin 2018). Séance 3. Le corps et l’habitat animal. Biomorphisme. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m1rr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.