Séance 4. La forme de la sensation (corps objet et corps senti)

Enseignements 2018-2019, Biomorphisme, licence “Sciences et Humanités”.

Artiste-hôte Sylvie Pic
Théoricienne Pic Sylvie!
Lieu salle 703
Date Mardi 2 octobre 9h-11h

Univers artistique

Sylvie Pic, née en 1957, vit et travaille à Marseille … et ailleurs. Pour une présentation générale de son univers artistique, voir son site personnel et consulter les ouvrages suivants dans la bibliothèque de la Licence :

– Catalogue « Dessins   1979-2000 », Artothèque Antonin Artaud, Marseille, 2000

– L’article Ce que le dessin me permet, tiré à part de la revue La Part de l’Œil n° 29, Bruxelles, 2015

www.documentsdartistes.org/pic

Proposition théorique

Le contenu théorique de la séance partira des œuvres en cours de création pour l’exposition à la Friche Belle de Mai. Vous y découvrirez encore une nouvelle forme de biomorphisme, où le travail artistique ne prend pour objet direct ni les formes végétales et animales, ni les traces et les formes que le vivant imprime à son milieu, mais plutôt les formes de la perception (humaine ou animale), et la manière dont « des espaces » s’engendrent dans le processus de la perception. L’analyse sensible de la perception peut faire écho aux recherches phénoménologiques telles qu’elles se sont développées au vingtième siècle, notamment chez Maurice Merleau-Ponty. Selon Sylvie Pic, Merleau-Ponty est sans doute le philosophe qui a le mieux parlé de la peinture (cf. notamment “Le doute de Cézanne”) et ses derniers écrits sont plus poétiques que philosophiques (ce qui ne veut évidemment pas dire qu’ils sont faciles à lire …).

Concernant son travail actuel, laissons la parole à Sylvie Pic… :

« La série de dessins intitulée « Leibformen », sur laquelle je travaille actuellement, essaie d’approcher les formes du corps sensible ou perceptif. Une distinction essentielle entre deux acceptions du mot « corps » a été dégagée par la phénoménologie : il y a d’une part le « Körper » et de l’autre le « Leib ». Le Körper, c’est le corps biologique, anatomique, celui qui est étudié de l’extérieur -comme n’importe quel autre objet du monde- par les sciences dites « naturelles », en particulier la biologie telle que pratiquée aujourd’hui. Le Leib, c’est le corps sensible, notre corps tel que nous le ressentons, le percevons, l’expérimentons de l’intérieur. Celui qui est affecté par la joie ou la douleur. Bien sûr, l’un n’existe pas sans l’autre, le corps ressenti est ancré dans le corps biologique et même au plus profond de lui : le corps sensible dépend étroitement des processus embryogéniques et des orientations spatiales du corps biologique. Cependant, ils n’ont pas la même étendue, le corps perceptif s’étend bien au-delà des limites du corps anatomique. Et, plus important, ils n’ont pas la même topologie : le Leib n’est pas fermé, il a plutôt une forme de champ et à lui seul appartient l’auto-affectation, la réflexivité.

Par ces dessins, j’essaie simplement de voir comment ces deux aspects du corps s’articulent entre eux. Au sens spatial le plus strict, où est le nœud, le gond qui les relie et leur permet de « jouer » ? Aucun dessin ne se donne seul, il fait partie d’une série et seule la série est signifiante car je procède par variations à partir d’un modèle fondamental.

Ce travail, qui pourrait apparaitre très théorique et abstrait, ne l’est absolument pas. Il est tout au contraire profondément ancré dans le corps, dans l’expérience sensible, subjective. Connaissances biologiques et philosophiques «   apportent de l’eau à mon moulin » mais n’en sont en aucun cas les moteurs ni les moyens.

Je suis tentée de dire que l’outil fondamental de ma recherche est l’introspection. Mais, à vrai dire, le terme d’« introspection » (regard qui se porte vers l’intérieur) n’est pas adéquat. D’une part, parce que le mouvement de mon travail est inverse, c’est plutôt l’intérieur qui demande à se porter à la vue, au visible. D’autre part parce que participent aussi à cette vision les corps des autres vivants, ressentis par empathie. Et plus fondamentalement encore, parce que la distinction intérieur/extérieur est ici inopérante.

Il faut par ailleurs rappeler que considérer les corps vivants comme des choses est une vision non-naturelle, fabriquée (perceptivement, nous discriminons immédiatement l’animé de l’inanimé, le vivant de l’inerte) et je dirais même dé-naturée, dé-voyée. Dimension politique de ce ré-investissement du corps sensible.”

Sylvie Pic, 22 mai 2018

 

Lectures conseillées aux étudiants pour préparer la séance:

  • Vous pouvez lire avec profit le chapitre II de L’œil et l’esprit (M. Merleau-Ponty) qui commence par cette citation de Paul Valéry : “le peintre apporte son corps…” (“Le visible et l’invisible” est disponible en collection Folio dans la bibliothèque privée de la Licence Sciences et Humanités).
  • Texte 2: Trois textes…
  • Texte 3: TextePedagBiomLSH
  • Texte 4: Texte LLDM
  • Texte 5: SPAfficheDépliantBiom


Une réflexion sur « Séance 4. La forme de la sensation (corps objet et corps senti) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.