Séance 5. Biomorphisme et matérialité virtuelle.

Enseignements 2018-2019, Biomorphisme, licence « Sciences et Humanités ».

Artiste-hôte Nathalie Delprat
Théoricien Julien Bernard
Lieu salle 703
Date Lundi 8 octobre 14h-16h

Univers artistique

Responsable de la thématique art-science VIDA (Virtualité, Interaction, Design et Art) au Laboratoire d’Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l’Ingénieur (LIMSI-CNRS), Nathalie Delprat développe depuis plusieurs années un projet de recherche et création sur la « Rêverie augmentée ». A partir d’un dispositif de simulation interactive temps-réel, elle a créé des avatars-matériels qui représentent le corps d’une personne sous forme d’une matière élémentaire. Par ce jeu interactif, le spectateur vit une expérience consistant à changer de corps, et à s’approprier par exemple un corps-nuage, ou avatar-nuage, en expérimentant les propriétés physiques et dynamiques du nuage virtuel. Cette projection corporelle induit par empathie avec la matière des ressentis émotionnels et sensoriels particuliers, y compris des illusions perceptives (ressenti de la matière à l’intérieur du corps, sensation de légèreté, dissociation corps/moi…)

Nous verrons que le montage expérimental proposé par Nathalie possède des applications scientifiques et possiblement thérapeutiques. Nathalie Delprat a aussi exploré la dimensions poétique de l’expérience de Rêverie Augmentée, qui est basée sur les travaux du philosophe et poète Gaston Bachelard sur l’imagination matérielle et la poétique de la rêverie, en passant d’une démarche scientifique à des propositions artistiques à travers des vidéos, des photographies ou des œuvres interactives utilisant l’installation RêvA.

https://perso.limsi.fr/delprat/Augmented_Reverie.pdf

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01233281/document

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01289318/document

Proposition théorique

Gaston Bachelard, philosophe français de la première moitié du XXe siècle est, au moins en première apparence, un personnage à deux faces. Cela a pu désarçonner certains de ses lecteurs qui ne saisissaient pas leur unité profonde.

En effet, Bachelard est d’abord un grand représentant de l’épistémologie historique ; auteur de la notion d’« obstacle épistémologique », il est entré en controverse sur les théories de la relativité. Ensuite, Bachelard est connu comme théoricien de la poésie. Dans une série de monographies, il a étudié et classé tous les tempéraments de l’imaginaire poétique dans quatre grandes catégories, qui portent le nom des éléments de la physique présocratique (feu, air, eau, terre). Ne pas en rester à une analyse des « formes poétiques » superficielles, mais descendre jusqu’aux substrats de la création poétique ; telle était l’ambition de Bachelard. Cette descente a une signification psychanalytique. Bachelard, lecteur de Jung, pense qu’on peut découvrir des mécanismes, qui sont de l’ordre de l’inconscient collectif, quand on laisse notre esprit dériver dans l’exercice de la rêverie. La rêverie, contrairement au rêve, ne se produit pas pendant le sommeil, mais lorsque l’esprit met en repos l’analyse rationnelle, pour s’adonner à la libre production d’images.

La filiation entre la réflexion épistémologique de Bachelard et ses idées poétiques est claire. Il est parti d’une vision très normative de la science, selon laquelle une connaissance ne parvient à devenir scientifique qu’en se soumettant à une rationalité mathématique sobre, dégagée de la production d’images spontanées qui encombre la pensée des préscientifiques (par ex., celle des alchimistes ou astrologues des siècles passés). Bachelard défendait à ce moment-là que le premier obstacle épistémologique est « l’expérience première » ; état de la pensée qui n’est pas passé par l’esprit critique, mais est encore chargé d’images sensibles non questionnées. En analysant les textes savants des siècles passés, supposés immatures, Bachelard a découvert certains rouages de l’imaginaire. Puis il déplacé son intérêt en ne voyant plus la production spontanée d’images comme un obstacle épistémologique, mais comme un moteur poétique. La pensée de Bachelard peut alors nous aider à interroger les rapports entre la créativité scientifique et la créativité poétique. Indiquons enfin que, malgré leurs noms, les tempéraments poétiques bachelardiens recouvrent des thématiques du vivant comme : le serpent, le cocon, la racine, l’arbre, la coquille, la carapace, le désir, le papillon, la chrysalide… (A lire : les ouvrages « élémentaires » de Bachelard (L’air et les songes (1941) – L’eau et les Rêves (1943) – La poétique de la rêverie (1960)…)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.