Tous les articles par Julien Bernard

Invitation AU COLLOQUE « Formes d’espace, formes de vie »

Julien Bernard a présenté le programme « Biomorphisme. Approches sensibles et conceptuelles des formes du vivant » à travers sa conférence « Le biomorphisme comme art des détours », au colloque « Formes d’espace, formes de vie », 28-30 novembre 2019, Paris, org. Dandan Jiang (Université de Shanghai Jiaotong/ Ciph), Luciano Boi (Ehess/ Ciph), André Charrak (Paris Panthéon-Sorbonne) et Carlos Lobo (Ciph).

Invitation au Colloque « Créer pour éduquer. La place de la transdisciplinarité ».

Julien Bernard est allé représenter la Licence « Sciences et Humanités » et le programme de recherche et de formation « Biomorphisme. Approches sensibles et conceptuelles des formes du vivant » aux journées « Créer pour éduquer, la place de la transdisciplinarité », les 3-4 avril 2018 à Aix-en-Provence et Port-de-Bouc, organisées par Pascal Terrien.

Il a présenté un texte: « La création d’un objet transdisciplinaire, entre enseignement et recherche » où il rendait compte de l’expérience de la trandisciplinarité dans le programme biomorphisme, et dans la licence « Sciences et Humanités ».

Calendrier des activités, Histoire du projet

Calendrier des activités passées

Mai 2019 Exposition des étudiants à l’espace « Pouillon » (Marseille, St Charles).
Depuis le 10 février 2019 L’équipe du projet travaille à une publication collective qui mêlera le contenu artistique et le contenu théorique du projet.
25 janvier 2019 Colloque final « Biomorphisme. Approches sensibles et conceptuelles des formes du vivant ». Ouvert à tout public sur le Grand Plateau de la Friche Belle de Mai.
22-24 janvier 2019 Colloque de recherche avancée à l’IMéRA. L’équipe complète, artistes et théoriciens a présenté ses résultats devant un public d’étudiants avancés et de chercheurs.
29-30 novembre 2018 Invitation du projet biomorphisme au colloque international « Réalités de la recherche (collective) en art » à Bordeaux, org. Pierre Bauman. Et participation à la publication de l’ouvrage du même nom (février 2019).
10 novembre 2018-10 février 2019 Exposition à la Friche Belle de Mai. Des activités de médiation culturelle en direction des scolaires, et des performances artistiques ont été organisées tout au long de cette période.
11 octobre 2018 Nouvelle journée d’étude « Biomorphisme et création artistique » à la Maison de la Recherche avec cinq  conférenciers invités.
9 novembre 2018 Vernissage de l’exposition à la Friche Belle de Mai, de 18h à 22H.
septembre-octobre 2018 Les artistes du projet ont finalisé la création des œuvres. Les étudiants d’AMU ont été initiés au biomorphisme, interagissent avec les artistes, et assistent à la mise en place de l’exposition.
9 février 2018 La journée d’étude « Biomorphisme » sur le site St Charles (Marseille) complète les séances du séminaire.
23 janvier 2018 Présentation générale du projet aux étudiants de la licence « Sciences et Humanités » et à nos partenaires. Réunion pour programmer l’organisation d’ensemble du projet, suite aux succès des demandes de subvention.
2017-2018 (premier semestre) Quatre nouvelles séances du séminaire « Biomorphisme et création artistique » à la Maison de la Recherche (Aix-en-Provence).
2016-2017 Jean Arnaud ouvre, en collaboration avec Julien Bernard et Sylvie Pic, un séminaire « Biomorphisme et création artistique ». Pendant le semestre d’hiver, quatre séances ont lieu à la Maison de la Recherche (Aix-en-Provence).
Février 2016 Le projet est présenté devant le public international du colloque “Morphology, at the intersection of the empirical, the formal and the logical” à Lisbonne.
Septembre 2015 Présentation du projet à l’équipe de la licence « Sciences et Humanités ». Sylvie Pic et Julien Bernard s’associent pour monter et coorganiser à Aix-Marseille un projet sur la même thématique, mais qui soit pleinement interdisciplinaire, et de plus grande ampleur. Début de la constitution de l’équipe à Aix-Marseille.
Mai-Juin 2015 Exposition « Gedankengeflechte » à la BildungsTURM, Centre Culturel de Constance, Allemagne. Publication de « Form and Matter  in Three-Dimensional Biomorphic Art ».
2014-2015 Initiation du projet « Biomorphisme » en Allemagne (Constance) par Julie Pelletier et Julien Bernard, sous la forme d’une rencontre Art et Philosophie.

 

Exposition

Sur le site de la Friche Belle de Mai.

http://www.marseilleexpos.com/blog/2018/09/21/biomorphisme/

L’exposition

Elle a lieu du 10 novembre 2018 au 10 février 2019 au 5ème étage de la tour d’exposition de la Friche Belle de Mai.

Les évènements ponctuels

Le 24 janvier 2019, pendant la fourchette horaire 17h-19h, certains artistes de l’exposition seront présents et proposeront des interventions autour de leurs productions artistiques:

Le vernissage

Il a eu lieu le 9 novembre 2018 à partir de 18h.

Ce vernissage a été intégré à la soirée « Ouvrir le monde » organisée par la Friche Belle de Mai. Pendant cette soirée, trois autres expositions ont ouvert leurs portes simultanément à la nôtre. Des activités (performances, concerts, alimentation, boisson) ont organisées toute la nuit.

L’évènement facebook de notre exposition:
L’évènement facebook de la soirée « Ouvrir le monde »:

https://www.facebook.com/events/176571526583258

Séance 6. Les enjeux écologiques du biomorphisme.

Enseignements 2018-2019, Biomorphisme, licence « Sciences et Humanités ».

Artiste-hôte Teruhisa Suzuki
Théoricien à préciser
Lieu la Friche Belle de Mai, extérieur
Date Mardi 8 octobre 9h-11h

Univers artistique

Cf. séance n°2. Nous reviendrons sur le lieu de production de l’œuvre de Teruhisa Suzuki, dans la mesure où le travail de cet artiste est un travail de longue haleine, qui s’étale sur plusieurs mois avec l’aide d’une équipe de techniciens. Ainsi, les étudiants pourront constater l’avancée de la production de l’œuvre, et son immersion progressive dans son lieu d’accueil. De plus, l’univers de Suzuki résonne assez fortement avec les problématiques écologiques que nous voudrions aborder à l’occasion de cette dernière séance.

Proposition théorique

Rédigée par B. Morizot

Le biomorphisme ne désigne pas qu’une idée théorique mais est aussi une attitude, un choix éthico-esthétique, celui de valoriser les formes vivantes, en tant qu’elles sont irréductibles à la pensée mécaniste, sans pour autant que cette valorisation prenne simplement la forme d’une réception passive, d’un émerveillement béat ou d’une peur (romantique) à l’égard des forces de la nature.

Nous vivons à une époque d’une crise écologique systémique profonde qui, pour être comprise, demande de tisser des savoirs très divers (écologie, biologie évolutive, mathématiques, économie, politique, etc.) ? Même ni nous parvenions à construire un savoir théorique lucide, fondé sur une synthèse de ces approches disciplinaires, pour diagnostiquer correctement les mécanismes de cette crise, cela serait insuffisant à en voir émerger une solution.

En effet, certains chercheurs envisagent aujourd’hui la crise écologique systémique contemporaine non seulement comme une crise économique et politique, mais surtout comme une « crise de la sensibilité » au vivant. Cette analyse implique un autre déplacement de la focale : ce n’est pas strictement ou seulement le vivant qui est en crise : l’idée de crise de la sensibilité implique en fait que c’est avant tout notre relation au vivant qui est en crise. Or le biomorphisme, au sens très large que nous lui donnons dans notre projet, pourrait être une réponse intéressante à cette crise de la sensibilité. C’est parce qu’elle est trop immédiate, trop peu informée, que la figuration toute simple échoue en partie à restituer une compréhension et une affiliation au vivant qui nous permettrait de cohabiter avec lui de manière plus viable. Le paradoxe, déjà relevé par Allen Carlson en esthétique environnementale, revient à ce que c’est par la médiation des abstractions que l’on peut accéder aux lignes de forces qui structurent réellement le vivant le plus concret, inaccessibles par accès direct.

La beauté du vivant concret, pour Carlson, n’est accessible qu’à celui qui voit les abstractions vivantes qui le régit, et qui sont formulées par les sciences biologiques. L’échec de la peinture de paysage à restituer quelque chose des dynamiques écologiques est à cet égard éclairante : rendre compréhensible un écosystème implique de passer par des abstractions, par une inventivité formelle, par un effort de l’imagination scientifique et graphique, qui caractérise en un sens le détour biomorphique. Pour le dire autrement : cette médiation par l’abstraction ou par d’autres formes de détour de la figuration directe (anamorphose, transfiguration, changement d’échelle, projection du spectateur…) n’est pas un déni de la sensibilité, mais est la voie d’accès la plus pertinente à une sensibilité au vivant tel qu’il se déploie (dans ses dimensions, écologiques, éthologiques, évolutionnaires, et mêmes morphologiques). Car ses structures fondamentales sont des dynamiques invisibles à l’œil non informé, elles sont peu spectaculaires, elles exigent de la pensée.

Séance 5. Biomorphisme et matérialité virtuelle.

Enseignements 2018-2019, Biomorphisme, licence « Sciences et Humanités ».

Artiste-hôte Nathalie Delprat
Théoricien Julien Bernard
Lieu salle 703
Date Lundi 8 octobre 14h-16h

Univers artistique

Responsable de la thématique art-science VIDA (Virtualité, Interaction, Design et Art) au Laboratoire d’Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l’Ingénieur (LIMSI-CNRS), Nathalie Delprat développe depuis plusieurs années un projet de recherche et création sur la « Rêverie augmentée ». A partir d’un dispositif de simulation interactive temps-réel, elle a créé des avatars-matériels qui représentent le corps d’une personne sous forme d’une matière élémentaire. Par ce jeu interactif, le spectateur vit une expérience consistant à changer de corps, et à s’approprier par exemple un corps-nuage, ou avatar-nuage, en expérimentant les propriétés physiques et dynamiques du nuage virtuel. Cette projection corporelle induit par empathie avec la matière des ressentis émotionnels et sensoriels particuliers, y compris des illusions perceptives (ressenti de la matière à l’intérieur du corps, sensation de légèreté, dissociation corps/moi…)

Nous verrons que le montage expérimental proposé par Nathalie possède des applications scientifiques et possiblement thérapeutiques. Nathalie Delprat a aussi exploré la dimensions poétique de l’expérience de Rêverie Augmentée, qui est basée sur les travaux du philosophe et poète Gaston Bachelard sur l’imagination matérielle et la poétique de la rêverie, en passant d’une démarche scientifique à des propositions artistiques à travers des vidéos, des photographies ou des œuvres interactives utilisant l’installation RêvA.

https://perso.limsi.fr/delprat/Augmented_Reverie.pdf

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01233281/document

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01289318/document

Proposition théorique

Gaston Bachelard, philosophe français de la première moitié du XXe siècle est, au moins en première apparence, un personnage à deux faces. Cela a pu désarçonner certains de ses lecteurs qui ne saisissaient pas leur unité profonde.

En effet, Bachelard est d’abord un grand représentant de l’épistémologie historique ; auteur de la notion d’« obstacle épistémologique », il est entré en controverse sur les théories de la relativité. Ensuite, Bachelard est connu comme théoricien de la poésie. Dans une série de monographies, il a étudié et classé tous les tempéraments de l’imaginaire poétique dans quatre grandes catégories, qui portent le nom des éléments de la physique présocratique (feu, air, eau, terre). Ne pas en rester à une analyse des « formes poétiques » superficielles, mais descendre jusqu’aux substrats de la création poétique ; telle était l’ambition de Bachelard. Cette descente a une signification psychanalytique. Bachelard, lecteur de Jung, pense qu’on peut découvrir des mécanismes, qui sont de l’ordre de l’inconscient collectif, quand on laisse notre esprit dériver dans l’exercice de la rêverie. La rêverie, contrairement au rêve, ne se produit pas pendant le sommeil, mais lorsque l’esprit met en repos l’analyse rationnelle, pour s’adonner à la libre production d’images.

La filiation entre la réflexion épistémologique de Bachelard et ses idées poétiques est claire. Il est parti d’une vision très normative de la science, selon laquelle une connaissance ne parvient à devenir scientifique qu’en se soumettant à une rationalité mathématique sobre, dégagée de la production d’images spontanées qui encombre la pensée des préscientifiques (par ex., celle des alchimistes ou astrologues des siècles passés). Bachelard défendait à ce moment-là que le premier obstacle épistémologique est « l’expérience première » ; état de la pensée qui n’est pas passé par l’esprit critique, mais est encore chargé d’images sensibles non questionnées. En analysant les textes savants des siècles passés, supposés immatures, Bachelard a découvert certains rouages de l’imaginaire. Puis il déplacé son intérêt en ne voyant plus la production spontanée d’images comme un obstacle épistémologique, mais comme un moteur poétique. La pensée de Bachelard peut alors nous aider à interroger les rapports entre la créativité scientifique et la créativité poétique. Indiquons enfin que, malgré leurs noms, les tempéraments poétiques bachelardiens recouvrent des thématiques du vivant comme : le serpent, le cocon, la racine, l’arbre, la coquille, la carapace, le désir, le papillon, la chrysalide… (A lire : les ouvrages « élémentaires » de Bachelard (L’air et les songes (1941) – L’eau et les Rêves (1943) – La poétique de la rêverie (1960)…)

Séance 4. La forme de la sensation (corps objet et corps senti)

Enseignements 2018-2019, Biomorphisme, licence « Sciences et Humanités ».

Artiste-hôte Sylvie Pic
Théoricienne Pic Sylvie!
Lieu salle 703
Date Mardi 2 octobre 9h-11h

Univers artistique

Sylvie Pic, née en 1957, vit et travaille à Marseille … et ailleurs. Pour une présentation générale de son univers artistique, voir son site personnel et consulter les ouvrages suivants dans la bibliothèque de la Licence :

– Catalogue « Dessins   1979-2000 », Artothèque Antonin Artaud, Marseille, 2000

– L’article Ce que le dessin me permet, tiré à part de la revue La Part de l’Œil n° 29, Bruxelles, 2015

www.documentsdartistes.org/pic

Proposition théorique

Le contenu théorique de la séance partira des œuvres en cours de création pour l’exposition à la Friche Belle de Mai. Vous y découvrirez encore une nouvelle forme de biomorphisme, où le travail artistique ne prend pour objet direct ni les formes végétales et animales, ni les traces et les formes que le vivant imprime à son milieu, mais plutôt les formes de la perception (humaine ou animale), et la manière dont « des espaces » s’engendrent dans le processus de la perception. L’analyse sensible de la perception peut faire écho aux recherches phénoménologiques telles qu’elles se sont développées au vingtième siècle, notamment chez Maurice Merleau-Ponty. Selon Sylvie Pic, Merleau-Ponty est sans doute le philosophe qui a le mieux parlé de la peinture (cf. notamment « Le doute de Cézanne ») et ses derniers écrits sont plus poétiques que philosophiques (ce qui ne veut évidemment pas dire qu’ils sont faciles à lire …).

Concernant son travail actuel, laissons la parole à Sylvie Pic… :

« La série de dessins intitulée « Leibformen », sur laquelle je travaille actuellement, essaie d’approcher les formes du corps sensible ou perceptif. Une distinction essentielle entre deux acceptions du mot « corps » a été dégagée par la phénoménologie : il y a d’une part le « Körper » et de l’autre le « Leib ». Le Körper, c’est le corps biologique, anatomique, celui qui est étudié de l’extérieur -comme n’importe quel autre objet du monde- par les sciences dites « naturelles », en particulier la biologie telle que pratiquée aujourd’hui. Le Leib, c’est le corps sensible, notre corps tel que nous le ressentons, le percevons, l’expérimentons de l’intérieur. Celui qui est affecté par la joie ou la douleur. Bien sûr, l’un n’existe pas sans l’autre, le corps ressenti est ancré dans le corps biologique et même au plus profond de lui : le corps sensible dépend étroitement des processus embryogéniques et des orientations spatiales du corps biologique. Cependant, ils n’ont pas la même étendue, le corps perceptif s’étend bien au-delà des limites du corps anatomique. Et, plus important, ils n’ont pas la même topologie : le Leib n’est pas fermé, il a plutôt une forme de champ et à lui seul appartient l’auto-affectation, la réflexivité.

Par ces dessins, j’essaie simplement de voir comment ces deux aspects du corps s’articulent entre eux. Au sens spatial le plus strict, où est le nœud, le gond qui les relie et leur permet de « jouer » ? Aucun dessin ne se donne seul, il fait partie d’une série et seule la série est signifiante car je procède par variations à partir d’un modèle fondamental.

Ce travail, qui pourrait apparaitre très théorique et abstrait, ne l’est absolument pas. Il est tout au contraire profondément ancré dans le corps, dans l’expérience sensible, subjective. Connaissances biologiques et philosophiques «   apportent de l’eau à mon moulin » mais n’en sont en aucun cas les moteurs ni les moyens.

Je suis tentée de dire que l’outil fondamental de ma recherche est l’introspection. Mais, à vrai dire, le terme d’« introspection » (regard qui se porte vers l’intérieur) n’est pas adéquat. D’une part, parce que le mouvement de mon travail est inverse, c’est plutôt l’intérieur qui demande à se porter à la vue, au visible. D’autre part parce que participent aussi à cette vision les corps des autres vivants, ressentis par empathie. Et plus fondamentalement encore, parce que la distinction intérieur/extérieur est ici inopérante.

Il faut par ailleurs rappeler que considérer les corps vivants comme des choses est une vision non-naturelle, fabriquée (perceptivement, nous discriminons immédiatement l’animé de l’inanimé, le vivant de l’inerte) et je dirais même dé-naturée, dé-voyée. Dimension politique de ce ré-investissement du corps sensible. »

Sylvie Pic, 22 mai 2018

 

Lectures conseillées aux étudiants pour préparer la séance:

  • Vous pouvez lire avec profit le chapitre II de L’œil et l’esprit (M. Merleau-Ponty) qui commence par cette citation de Paul Valéry : « le peintre apporte son corps… » (« Le visible et l’invisible » est disponible en collection Folio dans la bibliothèque privée de la Licence Sciences et Humanités).
  • Texte 2: Trois textes…
  • Texte 3: TextePedagBiomLSH
  • Texte 4: Texte LLDM
  • Texte 5: SPAfficheDépliantBiom