Qui sommes-nous? (théoriciens et artistes)

Jean Arnaud

Artiste et Professeur en Arts plastiques au LESA, Aix-Marseille-Université. 

jeanarnaud.fr

Arnaud-Publications-Formes-du-vivant

Arnaud-Notice-Personnelle

Jean Arnaud considère la création artistique et la réflexion théorique comme indissociables et complémentaires. Il étudie diverses morphologies spatiales des œuvres d’art (feuilletage, brouillage, saturation, interférence).

Actuellement, les artistes abordent le plus souvent la relation de l’homme au monde vivant en l’associant à des préoccupations d’ordre écologique ou écosophique. Arnaud construit ainsi dans ses œuvres des métaphores de la survivance, expérimentant de diverses manières des phénomènes de métamorphose, de transformation et d’émergence/disparition de la figure animale. Forme plastique en mouvement et représentation des formes du vivant sont donc associées dans ses recherches artistiques et théoriques; Arnaud interroge le biomorphisme non seulement en termes de dépassement du zoomorphisme, mais aussi par rapport aux limites entre inerte et vivant dans les représentations visuelles.


Amélie de Beauffort – Académie Royale des Beaux-Arts de Belgique, ESA, Bruxelles.

Elle est titulaire du cursus Dessin de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Belgique à Bruxelles. Ses travaux portent sur des considérations topologiques, qui prennent appui sur une morphologie plastique de l’expérience des nœuds et des différentes formes de spatialité des gestes qui font et défont le dessin. Celui-ci est pensé comme un milieu vital (au sens de l’Umwelt) où la feuille de papier, membrane extrêmement active, participe à l’émergence des formes. Le métaphorique et le processuel s’y côtoient et s’y engendrent. Ce frottement entre l’art et la vie oscille entre potentialité et épuisement.


Julien Bernard

Philosophie, Centre Granger UMR7304,  Aix-Marseille Université.

www.philo-bernard.fr

Il a initié le projet avec Julie Pelletier en pressentant le potentiel de la notion de biomorphisme quand elle est appliquée à un niveau interdisciplinaire et contemporain. Il est l’auteur de l’ouvrage « Matter and Form in Three-Dimensional Biomorphic Art », où il éclaire certaines pratiques de la sculpture biomorphique contemporaine à l’aune de réflexions issues de l’histoire de la philosophie (hylemorphisme, poétique bachelardienne, épistémologie des sciences de la matière).


Simona Bodéa

Physique, IRPHE, Aix-Marseille Université,

Thèse:  « Arborescences magnétiques de fer et de cobalt élaborées par électrodéposition ».

Elle s’est ainsi intéressée pendant sa thèse à la croissance d’agrégats métalliques de forme arborescente. Ses travaux ont porté principalement sur l’influence des différents paramètres physiques sur la morphologie de ces agrégats et l’éventuel lien entre la forme ramifiée de ces agrégats et leurs propriétés physiques.
Cela l’a amené à réfléchir à la question de l’existence d’une universalité de la forme arborescente. Plusieurs systèmes physiques produisent des formes arborescentes/ramifiées et les physiciens se sont interrogés si les mécanismes à l’origine de la forme arborescente dans ces systèmes pouvaient être transposés aux formes arborescentes (si similaires!) observées dans divers systèmes biologique tels les végétaux, les réseaux vasculaires, les neurones etc.
Elle a produit à l’époque ses propres agrégats ramifiés par électrodéposition. Les équations mathématiques qui régissent la croissance de ces agrégats sont similaires à ceux permettant de décrire la croissance des formes ramifiées dans d’autres systèmes comme la solidification, la digitation visqueuse qui sont également des systèmes physiques mais également la croissance d’une colonie de bactéries.


 Luciano Boi, Philosophie, EHESS, Paris

Philosophe des sciences qui englobe dans sa réflexion aussi bien les mathématiques, la physique, la biologie que les arts plastiques, il apporte à notre collectif les outils épistémologiques nécessaires à l’appréhension précise des analogies et des différences profondes qui s’établissent entre les objets d’arts et les êtres vivants, dans leur prétention commune à acquérir une forme individuée par un processus de croissance et d’engendrement complexe, ou l’objet tend à évoluer par sa réponse dynamique aux forces appliquées par le milieu dans lequel il évolue.

Luciano Boi  coorganise  avec  Carlos  Lobo,  à  l’EHESS,   le séminaire  «Pensée diagrammatique et philosophie de l’espace ou de l’ars inveniendi des formes ».


Florence Boulc’h, Chimie, MADIREL, Aix-Marseille Université

http://madirel.univ-amu.fr/pages_web_BOULCH_FLORENCE/annuaire

Cette chimiste travaille depuis plusieurs années en collaboration avec des artistes à un nouveau type d’étude : la reconstitution des palettes des peintres du passé, par l’analyse chimique des pigments, et l’histoire de leurs synthèses. Elle milite en faveur d’une recherche transdisciplinaire où s’articulent les sciences exactes, les sciences humaines et les arts.


Peter Briggs – Artiste indépendant, et professeur  retraité de de l’Ecole des Beaux-Arts de Tours.

http://www.peterbriggssculpture.com/accueil/

https://www.facebook.com/peter.briggs.773

Artiste sculpteur, le biomorphisme a toujours été un élément moteur dans sa manière de penser la sculpture mais aussi dans sa formation de sculpteur, où il a rencontré la botanique systématique. Sa philosophie personnelle de la sculpture l’a incité à prendre en compte non seulement l’image des formes naturelles mais aussi le rôle du corps humain, l’optique/haptique, l’œil et la main comme organes de pensée et le cerveau comme outil de réception de ce qui arrive via les cinq sens, et l’écho qu’en fait l’empathie. Il les incorpore à des opérations de sculpture où le corps est impliqué (telles le modelage) dans une construction globale où le sculpteur s’il ou elle le souhaite, peut se mesurer à la nature, se penser comme étant en continuité avec elle, fait et agit comme elle.


Xavier Caubit, Biologie

Biologie, IBDM, Aix-Marseille-Université.

Ce biologiste expérimental est un spécialiste de génétique, et de biologie du développement. Par sa connaissance théorique, tout comme par sa pratique expérimentale, il permet à notre collectif d’affiner sa connaissance sur la part de génétique et d’épigénétique dans la morphogenèse, et sur les relations complexes qui se nouent entre l’histoire phylogénétique et l’histoire ontogénétique des formes du vivant.


Nathalie Delprat

Physicienne et créatrice intermédia, LIMSI-CNRS, Orsay et Sorbonne Université, Paris

https://perso.limsi.fr/delprat/

Nathalie Delprat  est co-responsable de la thématique transverse art-science VIDA (Virtualité, Interaction, Design et Art) au Laboratoire d’Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l’Ingénieur. Elle travaille sur l’impact sensoriel et émotionnel de la transformation virtuelle du corps en une matière élémentaire dans le cadre d’une démarche de recherche et création en arts et en sciences, basée sur les travaux de Gaston Bachelard sur l’imagination matérielle. Le dispositif de Rêverie Augmentée qu’elle a développé permet d’interagir en temps réel avec des représentations virtuelles de son corps ayant des propriétés physiques et matérielles d’un élément et d’explorer à travers l’effacement des frontières corporelles les liens entre matérialité, sentiment de soi et imaginaire. Ces travaux stimulent notre groupe sur une problématique essentielle du biomorphisme : la place du corps dans l’appropriation du milieu et dans l’interaction interindividuelle.


Jean-Michel Durafour

Professeur en esthétique et théorie du cinéma

Les travaux de Jean-Michel Durafour portent essentiellement sur des questions d’esthétique et d’iconologie au croisement des théories de l’image et de plusieurs autres disciplines du savoir (philosophie, biologie, mathématiques, etc.). Sa démarche – le « nexialisme » – est de type relationniste : elle consiste à penser les nœuds que les images font, que les images sont, non seulement des unes aux autres, par leur entr’expression décorrélée du détour anthropocentrique, mais aussi en lien avec les représentations venues des autres savoirs. Depuis quelques ouvrages, il travaille à l’élaboration d’une nouvelle pensée des images, venue des images-mouvement du cinéma, qu’il a baptisée « l’éconologie ». L’éconologie consiste – à la jonction notamment de pensées écologiques (Imanishi, Naess), biologiques (darwinisme, morphogenèse, épigénétique), philosophiques (Object-Oriented Ontology) et anthropologiques (anthropologie amérindienne) – à traiter l’image (eikon) comme une forme de vie non organique  se spéciant, c’est-à-dire s’iconicisant, avec d’autres et s’éco-iconicisant avec elles son habitat (oikos) iconique, ou « iconotope » (autres images, imageries ou théories scientifiques, imagerie populaire, doctrines philosophiques, théologiques, etc.), dans une iconologie « orientée vers l’image », également désignée comme « iconologie au-delà de l’humain ».


Vincent Fleury,

directeur de recherches au CNRS au Laboratoire Matière et Systèmes Complexes, étudie les mécanismes physiques de morphogenèse embryologique, particulièrement la formation du plan d’ensemble des vertébrés. Ses travaux sont basés sur une approche visco-élastique, comprenant les animaux comme les attracteurs d’une dynamique classique d’écoulement et de pli d’une pâte active, la matière vivante. Son travail quotidien consiste à filmer avec la plus grande précision possible les champs de vitesse et de déformation dans les embryons, à en inférer les propriétés de la matière vivante, et le positionnement des forces qui causent les mouvements observés. Il a récemment montré que la formation des embryons de vertébrés est la conséquence d’une cascade de divisions cellulaires géométrique, préparant un plan d’animal 2D, qui se transforme en un animal 3D tel que nous le connaissons, par une succession dynamique de contractions se produisant le long des lignes du tracé du plan, en suivant l’ordre de la cascade de divisions. Ce phénomène explique aussi bien la formation du corps, globalement, que des détails comme la position et la forme des oreilles. Ses activités ainsi que de nombreux films de morphogenèse, sont présentés sur son site académique :
http://www.msc.univ-paris-diderot.fr/~vfleury/

Il tient également une chronique littéraire sur remue.net :
http://remue.net/spip.php?rubrique989. Il est l’auteur de livres de
vulgarisation scientifique, dont dernièrement : Les tourbillons de la
vie, ed. Fayard 2017.


Edward Juler

Professeur d’Histoire de l’art, ses recherches ont lieu dans le domaine de la critique des humanités médicales, avec un intérêt tout particulier pour le corps comme objet artistique et comme objet d’un discours médical. Il traite en particulier de ces questions dans le contexte du surréalisme et des courants qui en ont hérité. Jusqu’alors, il avait étudié les relations entre les sciences de la vie et la production sculpturale dans la Grande-Bretagne de l’entre-guerres.  Ces recherches ont donné lieu à un ouvrage publié chez Manchester University: Press as Grown but not Made: British Modernist Sculpture and the New Biology (2015). Il étudie aussi le grotesque corporel, explorant la « peau » comme métaphore critique dans la pratique moderne et contemporaine, et l’esthétique physiologique dans le surréalisme.


Giuseppe Di Liberti

Philosophie, Centre Granger UMR 7304, Aix-Marseille Université.

Philosophe de l’esthétique, ses travaux portent notamment sur l’histoire des idées esthétiques, sur les relations entre esthétique et sciences de la vie et sur le statut de l’objet artistique. Il a notamment publié : Le système des arts (Histoire et hypothèse, Paris, Vrin, 2016). Dans le projet, il travaille autour de l’esthésiologie dans l’anthropologie philosophique des années 20 et 30 et sur les relations entre esthétique et biologie au XVIIIe siècle.


Carlos Lobo

Philosophie, Collège International de Philosophie, Paris et CFCUL, Lisbonne.

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/pagePerso/2490369

Philosophe et phénoménologue, membre du CFCUL (Centro de Filosofia das Ciencias da Universidade de Lisboa), et directeur de programme au Collège International de Philosophie. Ses recherches sont centrées sur la phénoménologie husserlienne, la logique et la philosophie des sciences.


Giuseppe Longo

DRE-CNRS émérite à l’Ens, Paris, et professeur associé au Soto Lab on Cancer Biology, Tufts University, Boston.

Page web :
http://www.di.ens.fr/~longo/

Un entretien de survol:  http://www.di.ens.fr/users/longo/files/LongoEntretienDemocratScie.pdf

Une lettre à Alan Turing:

https://www.di.ens.fr/users/longo/files/Letter-to-Turing.pdf

Venant des mathématiques de l’informatique, il concentre ses recherches depuis de nombreuses années sur l’épistémologie à la croisée des mathématiques, de l’informatique et de la biologie. Il apporte à notre groupe son expérience sur la pertinence et les limites des modèles computationnels et mathématiques pour penser l’eémergence des formes du vivant et leurs fonctions biologiques. Il collabore avec des biologistes à une « théorie des organismes », à partir d’analyses récentes en biologie de l’évolution et du cancer.


Jean-François Mauffrey

 Ecologue, LPED, Aix-Marseille Université

Cet écologue apporte son savoir sur la façon dont les actions de l’environnement participent à modeler les formes du vivant de manière éco-évolutive. Il montre comment la domestication, depuis son origine néolithique jusqu’aux formes les plus récentes, participe à remodeler les formes du vivant auxquels nous nous rapportons. Il étudie également le rôle de l’urbanisation sur la sélection des espèces dans les zones fortement anthropisées.Il participe avec Baptiste Morizot à dynamiser la réflexion du groupe autours des implications sociétales et environnement de l’étude du biomorphisme.


http://montevil.theobio.org/

Mael-Morphogenesis.pdf

Institut de Recherche et d’Innovation, Centre Pompidou

Maël Montévil est théoricien de la biologie, travaillant à la croisée de la biologie expérimentale, des mathématiques et de la philosophie des sciences. Il s’intéresse aux fondements théoriques de la biologie et au rôle que les mathématiques peuvent y jouer. En physique, l’utilisation des mathématiques repose sur l’idée que les changements présentés par un phénomène peuvent être encadrés par une structure mathématique invariante. En biologie, les changements sont plus radicaux et imprévisibles, surtout dans l’évolution. Cela conduit à l’idée selon laquelle les phénomènes biologiques nécessitent un cadre philosophique différant de celui de la physique et une interprétation spécifique du rôle que les mathématiques peuvent jouer dans ce cadre. En particulier, l’apparition des formes biologiques pose de nombreuses questions absentes de la physique.


Baptiste Morizot

Philosophie, Centre Granger UMR 7304, Aix-Marseille Université

Ce philosophe de la biologie, spécialiste de l’évolutionnisme, s’est tourné depuis quelques années vers l’étude de la façon dont les différentes cultures se représentent la relation de l’homme au reste de la communauté biotique. Il défend une posture biomorphique, définie comme dépassement de l’anthropomorphisme pour adopter un « point de vue du vivant », aux conséquences tant épistémologiques qu’écologiques (au sens de l’éthique environnementale). Il a montré dans son ouvrage Les diplomates (prix F. Sommer 2017), comment ce point de vue suggérait des réponses concrètes fécondes à la crise provoquée par le retour du loup en France.


Julie Pelletier

Artiste indépendante

http://julie-pelletier-art.com/

https://www.facebook.com/julie.pelletier.5030

Elle a initié avec Julien Bernard le projet biomorphisme avec un premier événement à Constance (Allemagne). Son travail est basé sur l’observation du monde vivant avec une prédilection pour les petits animaux, leurs formes, et leurs modes de spatialité.

Elle travaille sur des installations représentant de manière
générique des constructions « animales » choisies pour leur plasticité,  leur finesse et leur complexité (cocon, toiles, trames, racines…). Elle  cherche à faire participer le spectateur en empiétant dans son espace de déplacement, l’obligeant à engager son corps dans l’expérimentation et l’appropriation de l’œuvre.


Laurent Perrinet

Neurosciences, INT, Aix-Marseille Université

http://www.int.univ-amu.fr/PERRINET-Laurent

https://invibe.net/LaurentPerrinet/Presentations/2018-10-11_BioMorphisme

Ce spécialiste de neurosciences étudie les régularités topologiques entre monde physique et monde perceptif, notamment dans l’expérience visuelle. Il collabore depuis plusieurs années avec l’artiste Etienne Rey et a réalisé avec lui plusieurs installations. Il apporte à notre groupe ses compétences très précises sur les mécanismes neurologiques de l’émergence des formes ainsi que son expérience concrète des rapports entre artistes et scientifiques.


Sylvie Pic
Artiste indépendante, enseignante dans la licence « Sciences et Humanités ».

www.documentsdartistes.org/pic

Elle explore par des séries ordonnées de dessins des modèles topologiques de l’entrelacs que forme le vivant avec son milieu (au niveau perceptif mais aussi au niveau biologique). Elle apporte sa connaissance étendue de la tradition de la pensée morphologique, et une amène à articuler la production biomorphique avec la topologie et la réflexion phénoménologique sur la constitution des espaces perceptifs. Depuis 2013, elle enseigne dans la licence Sciences et Humanités où elle travaille particulièrement à une analyse des différents modes d’articulation entre les arts et les sciences au cours de l’histoire européenne.


David Romand

Philosophie, Centre Granger, UMR 7304 – Aix-Marseille Université

Agrégé de sciences de la vie et de la Terre, docteur en épistémologie, histoire des sciences et des techniques (Paris 7) et en neurosciences cognitives (Parme), David Romand s’attache, depuis l’époque de sa thèse, à développer ses recherches dans une perspective ouvertement interdisciplinaire, aux frontières de l’histoire de la connaissance, de la philosophie, de l’esthétique et des sciences affectives. Ses travaux actuels portent sur quatre grands thèmes : a) l’histoire de la pensée psychologique allemande (fin XVIIIe siècle-début XXe siècle), considérée dans ses aspects théoriques et épistémologiques, ainsi que dans son rapport aux autres champs disciplinaires (esthétique, philosophie, sciences du langage) ; b) l’histoire de la philosophie allemande et autrichienne (XIXe siècle-début XXe siècle), tout particulièrement de la théorie de la connaissance, au travers notamment de la pensée de Theodor Lipps (1851-1914) et de Heinrich Gomperz (1873-1942) – deux auteurs dont il s’est fait une spécialité ; c) l’esthétique psychologique, plus précisément l’émergence du paradigme psycho-esthétique entre 1850 et 1914 environ et sa résurgence dans le contexte de la neuroesthétique et de la psychologie expérimentale actuelles ; d) la question de l’affectivité, envisagée d’un double point de vue historique et théorique, notamment dans son rapport au problème de la connaissance (« épistémologie affective »). David Romand s’intéresse à un certain nombre de champs d’étude spécifiques qui recoupent directement le question du biomorphisme, tels que les théories de l’empathie, le débat esthétique autour de la « forme » et du « contenu », le programme de recherche sur les « sentiments formels » et les « sentiments de forme » tel qu’il s’est développé entre le milieu du XIXe siècle et les années 1930.


Barbara Sarreau

 Artiste indépendante, danseuse et chorégraphe.

http://barbarasarreau.com/

La carrière de cette danseuse et chorégraphe marseillaise l’a conduit notamment à danser pour le ballet d’Angelin Preljocaj, à enseigner à l’école du Ballet National de Marseille, et à mettre en place des échanges avec l’Afrique. Son travail artistique l’amène à toujours expérimenter de nouvelles relations entre les corps et leurs espaces.
Dans le projet biomorphisme, elle travaillera avec Julie Pelletier à des performances de danse qui auront notamment pour fonction de faire résonner les matériaux dynamiques de la plasticienne, et d’amener les spectateurs à engager leur corps dans la rencontre avec l’œuvre plastique biomorphique.


http://www.sphere.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article506

Stéphane Schmitt (CNRS, Laboratoire SPHERE, UMR 7219, Paris) chercheur en histoire des sciences de la vie, s’intéresse en particulier à l’histoire de l’anatomie et de l’embryologie comparées, ainsi que des sciences de l’évolution, du XVIIIe au XXe siècle. Il travaille, entre autres, sur l’œuvre du naturaliste français Georges Louis Leclerc de Buffon (1707-1788) et sur les apports de la Naturphilosophie à la biologie du XIXe siècle. Il tente ainsi de dégager les conditions d’émergence d’une science des formes vivantes, parallèlement à l’essor des théories transformistes, à partir de 1750.


Teruhisa Suzuki, Artiste indépendant

http://www.asahi-net.or.jp/~sg8k-isgi/
https://www.isasouriphoto.com/home/teruhisa-suzuki/
http://pdiclf.free.fr/edition/spip.php?article38

https://www.youtube.com/watch? v=C32LTMD6eNU&feature=share

Artiste japonais vivant à Paris, il réalise des sculptures monumentales et des installations in situ où les formes vivantes fondamentales, qu’elles soient végétales ou animales (œuf, coquille, etc …), se déploient organiquement en modifiant l’espace alentour. Ses sculptures, que le spectateur est parfois invité à visiter de l’intérieur, offrent au spectateur une expérience sensorielle complète.


Thomas Vercruysse

 Université de Neuchâtel

Ce spécialiste de littérature française stimule notre groupe en direction d’une réactualisation de l’histoire du biomorphisme, en s’interrogeant sur les précurseurs de la pratique « biomorphiste », en amont de la théorisation de ce concept dans les années 1930. Il s’appuie notamment sur l’exemple des arabesques dans la pratique artistique de culture musulmane, et sur des textes de littérature française à ce propos
(notamment ceux de Paul Valéry).


Estelle Zhong

Sciences des arts, chercheuse postdoctorale au Centre Granger, UMR 7304, Aix-Marseille Université

Cette enseignante-chercheuse en théorie et histoire de l’art enseigne dans la licence « Sciences et Humanités » sur les rapports sensibles que nous entretenons avec le vivant. Elle tourne notamment ses recherches dans ce domaine vers des notions comme celle de « paysage » dont la signification s’appuie sur une relation insigne, complexe et à double sens que l’homme entretient avec la nature.

Approches sensibles et conceptuelles des formes du vivant

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search